3 mesures pour la promotion de la diversité en écoles de journalisme

Publié le par Maude ML


(Communiqué de presse du 26 mars 2009 - CSA)


"Le Conseil supérieur de l’audiovisuel et l’Observatoire de la diversité dans les médias audiovisuels ont reçu, le vendredi 20 mars 2009, les responsables des 12 écoles de journalisme (1) reconnues par la Commission nationale paritaire de l’emploi des journalistes (CNPEJ) ainsi que l’école de journalisme de Sciences Po Paris.


Présidée par Michel Boyon, la rencontre avait pour but de connaître les dispositifs mis en place par ces établissements pour promouvoir la diversité.

Il ressort de cette réunion de travail, dirigée par Rachid Arhab et Alain Méar, que ces établissements o
nt largement pris conscience de la problématique majeure de la diversité et l’enjeu est le même pour tous : faire que la société se voit à la télévision telle qu’elle est. Les actions positives menées sont nombreuses et constructives. Elles concernent :

1) l’accès aux écoles de journalisme
Plusieurs établissements ont créé des classes préparatoires aux concours d’entrée des écoles de journalisme. Ce dispositif d’égalité des chances permet à des étudiants boursiers ou originaires de zones d’éducation prioritaire de se préparer aux concours sélectifs des écoles de journalisme avec l’aide de professionnels. Les jeunes bénéficiaires peuvent alors concourir à armes égales avec les nombreux autres candidats.
Quelques écoles ont adapté leur concours d’entrée avec l’approbation du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche afin d’effectuer un recrutement le plus large possible (suppression de l’épreuve optionnelle de seconde langue, moindre importance de l’épreuve dite de « culture générale », développement d’épreuves faisant appel à la créativité et à la motivation des candidats…). D’autres ont ouvert une voie de recrutement sélective destinée aux élèves méritants de l’enseignement secondaire en zone d’éducation prioritaire.

2) la scolarité
Afin de permettre à tous les élèves de mener à bien leur scolarité, des mesures d’ordre financier sont prises par les écoles de journalisme. Les frais de scolarité sont réduits voire supprimés pour les jeunes gens boursiers ou issus de quartiers classés en zone d’éducation prioritaire. Des aides complémentaires aux bourses du CROUS peuvent également être attribuées sur critère social afin d’éviter le plus possible de faire peser sur les familles modestes des charges qu’elles ne pourraient supporter.
Par ailleurs, des mesures d’accompagnement pendant la formation sont proposées et des partenariats sont développés avec de grands médias qui signent chaque année quelques contrats de qualification en alternance avec des élèves issus de la diversité. Ces premières prises de contacts avec le monde de l’entreprise sont souvent gages d’une plus rapide intégration professionnelle à l’issue de la scolarité.

3) les débouchés
Les responsables des écoles de journalisme ont insisté sur les difficultés que leurs élèves issus de la diversité éprouvent à entrer dans la vie active. Ainsi, certains établissements accompagnent leurs jeunes diplômés dans leur recherche d’emplois et développent des sessions de formation aux entretiens d’embauche et à la prise de confiance en eux.
Le Conseil conviera, dans les prochaines semaines, des étudiants et anciens étudiants d’écoles de journalisme afin qu’ils portent à sa connaissance leurs expériences concrètes personnelles."

--------------------------------------------------------------------
(1) Etaient présents à la réunion du vendredi 20 mars 2009 : D. DELOIT (ESJ-Lille) - F. THOMELIN (EJT-Toulouse) - A. CHAUVEAU (Sciences Po-Paris) - R. RIEFFEL (IFP-Paris) - B. CABEDOCHE (ICM-Grenoble) - J. CHARRON (IJBA-Bordeaux) - C. DELOIRE (CFJ-Paris) - A. CHANEL (CUEJ-Strasbourg) - V. RICHARD (CELSA-Paris IV) - L. FLEURY (EJCM-Marseille) - P. GUENÉE & T. GUILBERT (IPJ-Paris) - D. RUELLAN (IUT-Lannion) - D. PODER (IUT-Tours).

Publié dans Ecoles de journalisme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
C'est qui le représentant de l'IUT de Tours ? Pas un du journalisme en tout cas...où il est arrivé cette année...mais pas terrible dans les deux cas comme représentant...Pour reprendre les trois points : 1/ Vu comment on galère tous pour rentrer en école de journalisme, je cerne mal l'intérêt de donner la priorité à une partie de la population. Discrimination positive ? Si seulement cette idée folle disparaissait...On crée de nouvelles égalités en voulant en corriger. Et les étudiants dont les parents vivent juste au dessus des bourses mais n'ont pas les moyens de leur payer les prépas ? Donc pour caricaturer : "les pauvres et les riches venez, classe moyenne on ne veut pas de vous"...2/ On en revient toujours au même souci des classes moyennes. La particularité des écoles de journalisme est la mobilité géographique.Peu d'étudiants viennent de la ville même ou se situe l'école. Ce qui implique payer un logement, de vivre à ses frais...3/ Ah oui parce que pour les autres c'est facile ? Bizarrement en première année, je m'en rappelle encore, quand on nous a dit qu'on allait galérer plusieurs années, il ne s'adressait pas qu'aux étudiants de la diversité dans la promo...Enfin bon...let's see...
Répondre
M
<br /> La représentante de l'IUT de Tours, c'était Danielle Poder, la directrice de l'IUT.<br /> <br /> <br />