Après 384 jours de prison, le journaliste Moussa Kaka est libre

Publié le par Maude ML

Le journaliste Moussa Kaka, correspondant de RFI au Niger, a été libéré mardi 7 octobre 2008. Il avait été emprisonné le 20 septembre 2007 pour avoir été, dans l'exercice de son métier, en contact avec les "rebelles" (une opposition politique). "Les juges ont dû trouver que finalement, le dossier n'était plus tenable et ont décidé de le mettre provisoirement en liberté" a déclaré le correspondant d'Internet Sans Frontières a Niamey. 
En juillet dernier, le doyen des juges d’instruction avait prononcé un non-lieu dans cette affaire. Non-lieu contre lequel le procureur général de la République a fait appel en requalifiant les faits qui lui étaient reprochés. Mardi, la justice nigérienne a tranché : Moussa Kaka est aujourd'hui en liberté provisoire, mais est toujours accusé d'actes "de nature à nuire à la défense nationale". Il devra en répondre devant un tribunal correctionnel. L'organisation Internet sans frontières soutient qu'accuser Moussa Kaka d'entente avec la rébellion nigérienne est une entorse faite à sa liberté d'informer.

Photo de Moussa Kaka ajoutée par Simon Decreuze au groupe Facebook 
"Free Moussa KAKA now! (RFI journalist jailed)". Tous droits réservés.

Publié dans Médias

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
Liberté liberté liberté !! excellent article!
Répondre
J
C'est de toute évidence une grande victoire. Le journaliste Moussa Kaka est l'un des symboles du non respect de la liberté de la presse et représente une profession trop souvent prise pour cible dans de nombreux pays. (que mon esprit politiquement incorrect pousse souvent à définir comme dictatoriaux là où les officiels parlent d'interlocuteurs privilégiés).Ne relachons pas l'effort. De nombreux journalistes, correspondants et techniciens sont toujorus emprisonnés en Chine, en Erythrée, en Iran et tant d'autres pays.<br /> Pour conclure, j'aurais une pensée pour la journnaliste russe Anna Politkovskaïa. Le monde vient de commémorer (dans une large indifférence) le second anniversaire de son assassinat (survenu le 7 octobre 2006).Très bon papier en tout cas (comme toujours).Jérémy
Répondre
E
le droit d'expression , le droit de l'information sont les principes même d'une démocratie.Bravo pour votre billet.
Répondre