Stagiaire cherche toit à Paris : comment se sortir de galère

Publié le par Maude ML

Le stage est une étape nécessaire pour tous ceux qui souhaitent percer dans le monde du journalisme. Et, concentration de médias oblige, nombre de stagiaires provinciaux se retrouvent dans l'obligation de postuler dans la capitale. Une fois les entretiens passés, on vous annonce que vous avez décroché un stage. Félicitations ! Mais avez-vous pensé à vous loger ? En région parisienne, ce n'est pas forcément chose aisée. Selon la durée de votre stage, plusieurs pistes s'offrent à vous.

Solutions diverses et... variables
Le plus simple est de bénéficier de votre réseau : amis, famille, camarades de classe... vous avez peut-être autour de vous des personnes qui pourront vous loger ou vous dépanner, ou qui vous trouveront des plans de secours. N'hésitez pas à les solliciter, ce sont eux qui vous feront les tarifs les plus avantageux. En plus vous serez en terrain connu : de quoi simplifier les démarches (assurance de propreté, sécurité, bonne ambiance, pas de caution, etc.), et récolter de bons conseils sur la vie parisienne.

Si vous n'avez pas de connaissances à Paris, rassurez-vous, tout n'est pas perdu ! La plupart du temps, les étudiants stagiaires cherchent un hébergement meublé temporaire (d'une semaine à trois mois).
Plusieurs types d'accueils spécifiques existent. Voici quelques pistes que vous pouvez démarcher.

- Auberges de jeunesse

Elles ont le privilège de vous offrir une grande liberté : vous allez et venez comme bon vous semble, vous pouvez partir sans préavis, et les équipements sont prévus spécifiquement pour les jeunes. Elles sont généralement mixtes. Attention cependant : le calme n'est pas toujours au rendez-vous. Et il vous faudra peut-être partager votre chambre. Certaines auberges comptent des dortoirs de 14 personnes ou plus, mixtes ou non.
- Foyers de jeunes travailleurs
Parfaitement adaptés à ce type de demande, les FJT ont l'habitude de recevoir toute l'année des jeunes stagiaires ou intérimaires. Chambres, studios, doubles ou simples... la durée de location va d'une semaine à plusieurs mois, avec généralement un préavis de départ d'une semaine. Les FJT peuvent aussi parfois dépanner des jeunes pour une ou plusieurs nuits. Par contre, le projet professionnel doit être clair et bien exprimé dans le dossier d'inscription (convention de stage réclamée, etc.) Pas question de prendre les FJT pour des résidences de vacances !
- Foyers privés
C'est une formule semblable aux foyers de jeunes travailleurs classiques. Ils sont même parfois moins chers. Mais attention, les foyers privés ne sont pas tous mixtes, et certains (foyers religieux notamment) pourront vous demander quelques contraintes (repas à heures fixes, pas de visites, extinction des feux à heures précises...).
- Résidences du CROUS
L'été, les cités universitaires se vident de leurs étudiants. Les chambres sont donc mises à disposition des étudiants provinciaux qui viennent faire leurs stages en région parisienne. Attention : un dossier de candidature est nécessaire, et l'étude de ce dossier par les résidences peut prendre plusieurs mois, en fonction des places disponibles.
- Cité internationale universitaire
La CIUP s'occupe de l'accueil des étudiants, des enseignants et des chercheurs à Paris. Elle reçoit surtout les étrangers au cours de l'année, mais les français sont bienvenus pendant l'été. Le dossier de candidature est disponible sur le site de la cité.

- Sous-locations
De nombreux étudiants parisiens quittent leurs studios pendant les mois d'été. Ils souhaitent cependant les conserver pour les retrouver à la rentrée suivante. Beaucoup les proposent donc en sous-location, simplement au prix de leur loyer habituel. Attention cependant : la sous-location n'est légale qu'avec l'accord écrit du propriétaire du logement. Et mieux vaut visiter avant, pour s'assurer de l'état des lieux.
- Colocations
A choisir uniquement si vous pouvez visiter l'appartement et rencontrer vos colocataires. La colocation demande une certaine ouverture d'esprit, et l'envie de communiquer tout en sachant respecter l'autre. Mieux vaut aussi être bien ordonné, patient et organisé.
- Hôtels
Si vous n'avez pas trouvé ailleurs, l'hôtel demeure la solution de secours. Par contre, attention au budget ! Les chaînes d'hôtel, même basiques, sont généralement assez chères (43 euros la nuit pour un Formule 1 par exemple). Si vous choisissez de vous tourner vers les petits hôtels (à partir de 12 euros en chambres partagées), lisez attentivement les critiques, notamment concernant la propreté et la sécurité, visionnez les photos... Les conditions d'accueil sont généralement convenables mais mieux vaut être prudent.

Locations privées
Si votre stage dure plus de trois mois, vous pouvez vous adresser au parc de locations privées. Cela n'est pas judicieux pour une durée inférieure, car les propriétaires demandent souvent plusieurs mois de caution. Le préavis de départ doit également être donné au propriétaire un à trois mois avant votre départ (selon que votre logement est meublé ou non). Plusieurs sites proposent des petites annonces :
- Le Crous - service du logement en ville
- La MAIF
(pour les sociétaires uniquement)
- appartement.org
- De particulier à particulier
etc...

Toujours pas trouvé ? Passez votre propre petite annonce ! Vous pouvez la publier sur les sites classiques d'annonces, dans les journaux, ou même sur des forums... En voici un exemple :

"Pour cause de stage à Paris, je cherche un hébergement pour la période du ... au ...
Toute proposition bienvenue : chambre indépendante, chez l'habitant, studio/studette, colocation, sous-location...

A propos de moi : j'ai X ans, je suis étudiant, non fumeur, je n'ai pas d'animaux, je suis calme, propre, j'ai déjà vécu en coloc' plusieurs fois, j'aime la compagnie sans être intrusif... et, du fait de mon stage, je ne serai probablement pas beaucoup présent (sauf pour dormir, évidemment).
"


Enfin, n'oubliez pas de calculer votre budget ! Le loyer d'un 9 m² à Paris côtoie généralement les 450 euros par mois. Pensez aussi aux aides au logement. Vous ne pouvez pas les percevoir en sous-location (sauf si le propriétaire est d'accord), mais cela fonctionne très bien pour les foyers ou les location privées. Dans le cas de la colocation, de l'hébergement à l'hôtel ou en auberge de jeunesse, cela peut être variable, pensez à vous renseigner.



Note : Cet article remplace le précédent, intitulé : "Urgent : cherche un toit à Paris du 24 mai au 30 juin !!!" En effet, j'ai reçu une réponse positive de l'un des foyers privés que je cite plus haut... Merci à tous de votre aide et de vos encouragements !

Publié dans Société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
9m² 450 euros, t'exagères un peu ! à part de passer par particulier à particulier qui est une vraie arnaque, les prix tournent autour de 450 euros, certes, mais pour une studette meublée de 15 à 18 m².
Répondre
M
<br /> Pourtant j'en ai appelé, des propriétaires... tu peux me croire !  Pour des petites annonces trouvées un peu partout (et je n'ai même pas utilisé PAP). Je peux t'en donner quelques<br /> exemples...<br /> <br /> Notamment, deux chambres mansardées meublées, au prix de 400 euros chacune, auxquel il faut ajouter 30 à 70 euros de charges, deux mois de caution, trois mois de préavis... à noter, "les visites<br /> sont interdites, sauf famille ou exception".<br /> Autre annonce : une chambre en colocation, à Maison-Alfort, 730 euros charges comprises... ouch !<br /> <br /> Quant aux 15 m²... j'en ai trouvé un dans le 11e, à 490 euros par mois avec des toilettes sur le palier, "quasi-privatifs car plus personne ne les utilise" selon le propriétaire. Précisé dans<br /> l'annonce, la colocation est permise. Dans 15 m² ?<br /> Un autre, pour 500 euros... en fait de studio, c'est une chambre chez l'habitant. Encore une autre, toujours chez l'habitant, pour 400 euros cette fois. Précision : "nous partagerons la salle de<br /> bains, vos repas devront être pris à l'extérieur, vous ne passerez pas de communications téléphoniques le soir, ne recevrez pas de visites dans la chambre, serez discret dans l'immeuble..." etc.<br /> Est-ce que ce n'est pas abusif ???<br /> <br /> J'avais trouvé quelque chose de plus intéressant dans le 93, à prix sympa, aux dates convenant, qui était libre mais m'a immédiatement été refusé par le propriétaire : "Non, mais c'est le 9-3 vous<br /> savez... ça ne conviendra pas". Sous prétexte que je suis une fille ? et provinciale qui plus est ?<br /> <br /> <br />
C
Voilà qui est fait ! :-) Tiens-moi au courant...
Répondre
M
<br /> Merci à tous pour votre soutien, votre aide et vos conseils ! Et un petit plus à Corinne pour l'aide proposée sur son blog ;)<br /> Bonne nouvelle, j'ai reçu aujourd'hui une réponse positive de la part d'un foyer privé. J'ai immédiatement envoyé un chèque de réservation : c'est la fin du stress et des recherches intensives. Je<br /> peux vous garantir que j'y ai passé un temps fou et que j'ai téléphoné à un nombre incalculable de gens... Tout cela m'a pris un bon mois. Alors pour ceux qui cherchent encore, ou qui se lanceront<br /> bientôt dans la même aventure : bon courage ! Et si jamais cet article peut vous aider... tant mieux !<br /> <br /> <br />
A
appel dans les mairies de plusieurs arrondissements. Ils possèdent les adresses des foyers et autres logements disponibles (mais honnêtment ça risque d'être chaud) bon courage quand même
Répondre
A
tu as essayé les auberges de jeunesse...ça pourrai te dépanner au début??
Répondre
M
<br /> Bien sûr, malheureusement, il n'y en pas une seule de libre sur cette période... Il y a bien des disponibilités, mais il me faudrait changer de chambre presque tous les jours, voire carrément<br /> d'auberge tous les 2-3 jours. Je te dis pas l'organisation... sans compter avec les tarifs qui sont parfois assez chers. Et puis je serai en stage, bien occupée : une fois à Paris je ne pourrai pas<br /> m'occuper de déménager tous les jours selon leurs disponibilités.<br /> <br /> Du coup, je cherche plutôt du côté des foyers de jeunes travailleurs, et des foyers de jeunes filles.<br /> <br /> <br />
C
Je t'aurais volontiers accueilli chez moi mais c'est vraiment trop petit :-( Par contre, si tu veux, je peux relayer ton appel sur mon blog. Dis-moi si cela t'intéresse.
Répondre
M
<br /> Bonjour, et merci de ta sollicitude ! Je veux bien que tu relaies mon appel, pourquoi pas ? Merci encore ;)<br /> <br /> <br />