L'INA, à la fois médiathèque et école d'audiovisuel

Publié le par Maude ML

Avez-vous déjà consulté le site internet de l'Institut national de l'audiovisuel (INA), première banque d’archives numérisées en Europe ? C'est une ressource intéressante, qui sauvegarde, numérise et diffuse les programmes de télévision et de radio.
Selon l'INA, "un vaste plan de sauvegarde a déjà permis de sauver 300 000 heures de programmes". D’ici 2015, la France devrait être, grâce à ce plan de sauvegarde, "le premier pays au monde à avoir sauvé l’intégralité de sa mémoire audiovisuelle".


Comment ça marche ? L'INA explique qu'il "collecte (...) les programmes de l’ensemble des diffuseurs nationaux hertziens depuis 1995, et un grand nombre de chaînes du câble et du satellite depuis 2002. Chaque année, près de 600 000 heures de programmes radio et télévision sont collectées".

Statuts et missions. L'Institut national de l'audiovisuel est un établissement public de l'Etat à caractère industriel et commercial, créé par la loi du 7 août 1974. L'Ina a été mis en place le 6 janvier 1975. En savoir plus

La diffusion. Depuis le 27 avril 2006, le site propose une partie des émissions sauvegardée en consultation libre et en téléchargement payant, dans une rubrique intitulée "Archives pour tous". Le site se décrit en ces mots : "Feuilletons, séries, entretiens, discours fondateurs, journaux télévisés… Ina.fr couvre un demi-siècle d’effervescence audiovisuelle". Un espace spécialisé est également dédié aux professionnels, ainsi qu'un autre aux travaux de recherche.
Parmi toute cette "effervescence", on peut vraiment trouver des documents intéressants/amusants. Par exemple, Daniel Bilalian expliquant au téléspectateur français de 1995 les vertus d'une nouvelle découverte : Internet, autoroute de l'information. Ou bien encore un reportage de 1979 sur la presse nationale qui, déjà, perdait du lectorat.

Pôle de formation audiovisuelle. L'INA propose aussi des stages, formations et diplômes professionnels. Parmi ces "250 stages et 200 formations sur mesure", de nombreux domaines sont sollicités : réalisation, image, lumière, son, montage, management et gestion de production, documentation audiovisuelle, post-production, effets spéciaux, journalisme, photographie...
Mais en plus de ces programmes, l'INA a développé récemment une activité de formation initiale. Lancée en octobre 2007, Ina’Sup est l'école supérieure de l’audiovisuel et du numérique de l'INA. On y dispense deux masters. Le premier s'adresse aux futurs professionnels de la "Production audiovisuelle et numérique". Objectif : des métiers "au cœur du marché audiovisuel et numérique", comme producteur, responsable du développement ou conseiller de programmes.
Le deuxième concerne les "Patrimoines audiovisuels et numériques". Avec à la clef des fonctions telles que responsable de collections audiovisuelles, chef de projets dans le domaine de la valorisation de patrimoines audiovisuels, responsables de centre de ressources audiovisuelles ou numériques.


Publié dans Médias

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
W
Tu as écris que d'ici 2015, la France devrait être "le premier pays au monde à avoir sauvé l’intégralité de sa mémoire audiovisuelle". Je ne veux pas être pessimiste, mais 2015 me semble une échéance un peu juste... En télé ce sera peut-être terminé. Mais pour ce qui est de la radio, le volume des stations régionales (ancêtres de France Bleu) est tellement grand qu'il faudra bien plus de 7 ans pour tout numériser ! Il faut reconnaître que la radio intéresse moins l'INA. Cela rapporte moins d'argent...Et sinon, ça avance Innova ?
Répondre
M
<br /> C'est vrai. Mais cette phrase est une citation du site internet de l'INA. Ce sont eux qui affirment sans trembler qu'en 2015, ils auront sauvegardé l'ensemble des émissions. En ce qui me concerne,<br /> j'ai préféré utiliser le conditionnel et les guillemets, car la tâche me semble, à moi aussi, immense.<br /> En ce qui concerne Innova, nous avons été coupés dans notre élan par les vacances de Pâques. La rentrée c'était aujourd'hui, et si tout va bien nous n'allons pas tarder à boucler ce mag. Ce n'est -<br /> normalement - l'affaire que de quelques semaines.<br /> <br /> <br />
W
Les stages de l'INA, c'est du costaud, c'est sûr. Mais as-tu vu les prix ? 1200 euros pour un stage de trois jours (techniques de l'interview), il faut avoir les moyens. Eh oui, l'INA est un établissement public... "à caractère Industriel et Commercial" !
Répondre
M
<br /> Ca c'est sûr, ce n'est pas donné, comme beaucoup de stages professionnels... En effet, il faut avoir les moyens, mais ces stages s'adressent plutôt à des gens qui sont déjà en poste et qui<br /> souhaitent faire une remise à niveau ou une formation en cours d'emploi. Mais bon, même avec un salaire, il faut déjà pouvoir mettre de l'argent de côté...<br /> <br /> Je pense que par contre, la formation initiale de niveau master, via Ina'Sup, est moins chère - quoique je n'en ai véritablement aucune preuve pour l'instant. D'ailleurs si quelqu'un connaît le<br /> prix de l'inscription dans ces masters, ou si quelqu'un souhaite nous en parler pour y être passé, ça m'intéresse...<br /> <br /> <br />