Le journal Vendée Matin disparaîtra au mois de juin 2008

Publié le par Maude ML

Le 30 juin 2008 verra dans ses kiosques le dernier numéro du journal Vendée Matin. La date est tombée comme un couperet. Après des années de dégringolade des ventes, c'est désormais officiel, l'édition vendéenne du quotidien Presse Océan est définitivement morte. Le mensuel indépendant Le sans-culotte 85 a annoncé le premier, mais avec regret, l'information sur son site internet : "Voilà une exclu dont on se serait bien passée..." c'est ainsi que commence l'article.
Tombée le 2 avril, la nouvelle a été rapidement confirmée oralement par les salariés du journal, premiers concernés, et reprise dans les autres médias départementaux (
France Bleu Loire Océan, Canal 15...).


"Vendée Matin va disparaître.
A partir de fin juin, vous ne trouverez plus votre quotidien dans les kiosques.
Annonce faite par la direction.
Un sacré coup dur vous l'imaginez pour les salariés, ils sont 20.
Le titre avait été racheté par Ouest France en 2005.
Un comité d'entreprise est prévu mercredi prochain."

S'ils s'y attendaient tous depuis un moment, les journalistes de Vendée Matin ont tout de même été frappés par la soudaineté de l'annonce et la proximité de l'ultime date de parution. Dans trois mois, leur quotidien n'existera plus. Le sans-culotte 85, lui, avait relevé des signes avant-coureurs : "Le traditionnel supplément d’été, prévu chaque début d’année, n’avait toujours pas été évoqué en avril... [Et] la direction [n’a] même pas essayé de mettre en place un partenariat avec le Vendée Globe qui part des Sables-d’Olonne en novembre 2008..."

La fin du pluralisme en Vendée
Du côté des rédactions, les journalistes ne savent pas trop comment s'organiser. "On doit être reclassés. Mais on ne sait pas encore ce que l'on va nous proposer." Entre les rédactions de l'ancienne Socpresse (Presse-Océan, Le Courrier de l'Ouest, le Maine Libre), et celles d'Ouest-France, qui avait racheté ces titres en décembre 2005, le choix est large... Et au vu de l'étendue géographique de ces titres, la distance aussi.

Certains salariés craignent en effet d'être parachutés à plusieurs centaines de kilomètres de chez eux. Mercredi 9 avril, un comité d'entreprise extraordinaire est convoqué. Il apportera peut-être plus de réponses aux salariés.

Pour la Vendée, c'est aussi une grande perte, qui signifie la fin de la pluralité de la presse quotidienne régionale. En face du quotidien en perdition, quelques journalistes d'Ouest France avouent eux aussi que cela est regrettable. Désormais, ce sera aux radios et télévisions locales et régionales d'assurer la pluralité face au géant de
François-Régis Hutin.

Publié dans Médias

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Exact, la pluralité journalistique se perd... tsss. Nous nous dirigeons inexorablement vers l'expression de la pensée unique. Différences, pluralité, diversité : nos combats aujourd'hui, il me semble, essentiels.
Répondre