Prix Bayard des jeunes journalistes : "C'est là que j'habite !"

Publié le par Maude ML

undefined
S'inscrire à des concours quand on est étudiant journaliste, c'est une sorte de passage obligé. Remporter le titre représente un véritable espoir. Non pas pour la gloire, mais parce qu'il faut absolument se faire connaître, se faire repérer, tisser son réseau.
Concours de l'Académie Prisma, concours Bayard, prix Charles Gide, bourse AFP, bourses Lauga (Europe 1), Payot (Radio France), Dumas (RTL), Charles Lescaut (RFI), bourse Jean d'Arcy (France Télévisions),
test Reuters... la liste est longue. Certains peuvent rapporter une petite somme d'argent, mais au-delà du bénéfice financier, la plupart offrent un stage ou un CDD dans une rédaction. Une véritable passerelle pour gagner la reconnaissance de ses pairs.

Il y a dix jours, c'était la date limite pour envoyer son sujet au prix des jeunes journalistes 2008 de Bayard. Le thème de cette année est "C'est là que j'habite !". La commande précise était un verbatim, un article-témoignage sur l'habitat, rédigé à la première personne. Il devait être destiné à l'un des journaux du groupe : La Croix, Les Clés de l'Actualité, Muze, Notre Temps, Vivre Plus, Phosphore, Terre Sauvage...


Je pensais évidemment m'y inscrire. J'avais choisi mon sujet, j'en avais discuté avec mes professeurs, j'avais fait quelques recherches, cela semblait bien parti. Ma blessure à la main m'a empêché de poursuivre. Impossible d'écrire les premiers jours, impossible de me déplacer ensuite pour rencontrer mon interlocuteur. Mon sujet aurait demandé plus d'investissement que ce que j'étais en mesure de donner. J'ai vu passer le délai avec un regret certain. Alors, pour me consoler, bloquée à Tours, j'ai ouvert les yeux et regardé mon propre habitat, dans son superbe environnement des bords de Loire. Une vraie carte postale. Et moi, c'est là que j'habite !

Tours.JPG

Pour en savoir plus sur les concours et bourses, vous pouvez consulter cet
article de Lionel Lévy pour Stratégies, intitulé "Un job à gagner".

Publié dans Ecoles de journalisme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
E
Salu Maud,dis tu saura où on peut trouver la liste de tous les concours de journalisme le long de l'année? Parqu'à mon école il y a des paquets de feuilles punaisées les unes sur les autres aux murs, c'est un peu le fouilli, et j'ai bien peur qu'y n'y ait pas tout. Comme tu a l'air au courant... ;-)
Répondre
M
Non, je ne sais pas pour l'instant, mais je vais chercher, et pourquoi pas le faire moi-même... Enfin maintenant, je pense que c'est un peu trop tard, la plupart des échéances sont passées.
A
Merci Maude. Je l'ai proposé à La Croix et à Pèlerin. On ne pourra pas dire que je n'ai pas fait original sur ce coup là! Après, malgré ce qu'on nous dit souvent, c'est parfois un désavantage d'être trop original... ce métier et ses contradictions...
Répondre
M
C'est vrai, trop peu original, ou trop original, bien souvent ça ne va jamais... Mais ce n'est pas seulement dans le journalisme, toutes les fausses excuses sont bonnes, et dans tous les domaines !
A
http://www.intersj.info/
Répondre
A
J'espère qu'ils retiendront mon sujet : Un immeuble de CHisinau (la capitale moldave) où viennent d'être relogées 80 familles de réfugiés de Transnistrie (région sécessioniste moldave). Un cours d'histoire à elle toute seule la baraque!
Répondre
M
Intéressant ! Et tu le proposes pour quel magazine ? En tout cas tu as vraiment de la chance d'avoir pu partir là-bas. Du coup, évidemment, ça discrédite tous les sujets "bateau", réalisés sans bouger de chez soi et sans contenu original. Je suis sûre que tu as toutes tes chances. On croise les doigts !
J
Dommage... Mais ça nous permet d'avoir une belle photo de "là où tu habites" Moi, c'est là :
Répondre
M
Très joli aussi, et sous un beau ciel bleu !