Arrêt sur Images de retour... le 7 janvier 2008 !

Publié le par Maude ML

La disparition en 2007 d'Arrêt sur Images de la chaîne publique France 5, après plus de 10 ans d'existence, avait mobilisé 200 000 fidèles de l'émission au travers d'une pétition de soutien. Les dirigeants de l'antenne, sont restés sourds à cet appel. Ils s'en mordent sans doute aujourd'hui les doigts. Car c'était sans compter sur l’équipe d’Arrêt sur Images, qui, bénéficiant du "buzz", a décidé d’accomplir désormais sa "mission pédagogique de décryptage"... sur le Net.

Après le Big Bang Blog de Daniel Schneidermann qui offrait déjà une bonne compensation aux fidèles en manque de critiques des médias, voici le retour d'Arrêt sur Images le 7 janvier prochain ! "Nous allons relever ce défi. Nous allons faire renaître Arrêt sur images sur Internet", explique la rédaction d'ASI sur son site provisoire.
La rédaction se compose pour l'instant d'une équipe de six personnes en tout et pour tout. Mais depuis le 13 septembre dernier, ils diffusent régulièrement quelques décryptages de nos images quotidiennes. Et ils n'hésitent pas à s'en prendre à ceux qu'ils nomment les "stars et patrons de l'audiovisuel" qui ont empêché l'émission de perdurer - entre autres Patrick de Carolis, Michel Drucker, Thierry Ardisson, Jean-Marc Morandini, et notre président Nicolas Sarkozy...
Mais ce nouveau site "@rrêt sur images" ressemblera-t-il à l'ancienne émission télévisée ? Le site actuel précise que ce ne sera "ni tout à fait la même, ni tout à fait une autre". Mais l'étude des images, des sources, le décryptage et la liberté de ton restent de mise... ainsi que la mission d'outil pédagogique, à laquelle Daniel Schneidermann tient tout particulièrement.
Le 20 octobre dernier, à l'occasion des Rendez-Vous de l'Histoire de Blois, ce dernier insistait sur l'importance d'étudier les médias dans les écoles, notamment en diffusant des extraits de son émission en classe pour les décrypter. "Arrêt sur Images n'était pas une émission qui apportait des réponses, mais elle aidait surtout à se poser des questions, à alimenter la réflexion sur les médias. C'est ce que nous voulons encourager", expliquait le journaliste.
Le site d'ASI sera financé exclusivement par des abonnements, "afin de rester totalement indépendants". La rédaction précise que les non-abonnés auront cependant accès aux contenus du site après leur mise en ligne. Mais "seuls les abonnés auront accès, au delà de ce délai, à nos dossiers multimedia, et à nos archives classées. Ils auront en outre accès à un espace personnel d’un nouveau type, qui leur permettra d’échanger informations et tuyaux de toutes sortes avec d’autres membres de la communauté."
Internet commence à concurrencer sérieusement la télévision. La reprise de l'émission de façon autonome est sans doute une bonne chose, signe que le journalisme dispose grâce à Internet d'une fenêtre de liberté.





Article initialement rédigé pour www.parano.be

Publié dans Médias

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
J'aimais bien l'émission "arrêt sur images" mais là, je trouve que Daniel Schneiderman commence à en faire vraiment trop... On peut avoir l'esprit critique sans pour autant dénigrer tout et son contraire !Son masque commence à se craqueler et il en sortira peut-être une infâme bestiole jalouse de tout... Quelle horreur ! :)
Répondre
M
A ce point là ? Il s'appuie pourtant sur du contenu existant... il y a un débat à alimenter, là-dessous !
Z
salut viens t inscrire a ma newlettersur le blog de cristobal  et si tu t inscris a ma newletter je m inscrirais a la tienne ps :si tu t inscris laissser un commentaire avec le non de ton blogmerci et a bientot sur le blog de cristobal
Répondre
M
Je suis désolée mais je trouve vraiment cela artificiel... je ne m'inscris qu'aux newsletters qui m'intéressent, et je ne cherche pas à tout prix à ce que des gens s'inscrivent à la mienne pour doper mes statistiques !
N
Chouette enfin le retour d'une émission de qualité car sur le petit écran c'est de moins en moins courant Anne
Répondre