Lundi 5 novembre : « Debout pour le journalisme »

Publié le par Maude ML

Le 5 novembre ? Encore l'une de ces nombreuses "journée de" quelque chose. Mais cette fois-ci il s'agit de la presse. Et même de la journée européenne de la liberté de la presse. La presse, porte-parole de chacun, garante de la démocratie et de notre expression à tous... Mais la presse est en danger, son indépendance menacée. L'intersyndicale française des journalistes, appelle donc les citoyens à se tenir "debout pour le journalisme", ce lundi 5 novembre.


Après avoir présenté, le 4 octobre dernier, ses propositions pour renforcer l'indépendance de la presse française, l'intersyndicale des journalistes (SNJ, USJ-CFDT, SNJ-CGT, SJ-CFTC, SJ-FO) appelle la profession et les citoyens à se mobiliser pour la journée européenne de la liberté de la presse, « Debout pour le journalisme », le lundi 5 novembre. Organisée dans une trentaine de pays par la Fédération européenne des journalistes (FEJ), cette journée, en droite ligne avec le mouvement des syndicats de journalistes français, a pour objectif de faire prendre conscience aux citoyens européens que le journalisme et l'information sont en danger.

De fait, partout sur le vieux continent, les atteintes à la liberté de la presse, et donc au droit qu'ont les citoyens de bénéficier d'une information indépendante et pluraliste, se multiplient : pressions économiques et politiques, marchandisation de l'information, autocensure, précarité, non-respect du principe de protection des sources, etc. Et la qualité de l'information en pâtit.

On peut à cet égard citer de nombreux exemples : en Slovénie, où 400 journalistes protestent contre un gouvernement qui pratique la censure politique. Au Portugal, où le gouvernement vient d'adopter une loi qui limite la protection des sources. En Allemagne, aux Pays-Bas et au Danemark, où des journalistes ont été traduits en justice et même parfois emprisonnés pour avoir refusé de révéler leurs sources. En Italie, où les journalistes de presse écrite sont dans l'impasse pour le renouvellement de la convention collective depuis deux ans. En Suisse alémanique, où les journalistes travaillent depuis bientôt trois ans sans convention collective.

Dans la plupart des nouveaux pays membres de l'Union européenne une majorité de journalistes sont contraints d'accepter des contrats de travail précaires, ou faussement « indépendants », dans un marché des médias dominé par une poignée de sociétés d'Europe « de l'Ouest ».

En France comme ailleurs, selon la FEJ, « nous voyons se rejoindre les démons de l'ingérence politique, de l'autocensure, de la concentration des médias et de la précarité dans la profession pour aboutir à un journalisme véritablement malade ».

Le 5 novembre, pour tirer la sonnette d'alarme et marquer l'attachement des journalistes à leur métier et des citoyens à leur droit à l'information, des initiatives sont prévues sur tout le territoire.

- À Paris, un rassemblement aura lieu à 13 h 30 devant l'Assemblée Nationale. A cette occasion, les syndicats de journalistes remettront leurs propositions aux députés avec la pétition (www.intersj.info) qu'ils ont lancée sur la toile après le rassemblement du 4 octobre.
- Des débats devraient également avoir lieu dans les écoles de journalisme, afin de rappeler à nos futurs consœurs et confrères l'importance de l'indépendance et de la déontologie.
- Des cafés citoyens seront organisés dans différentes villes de province.
- Les clubs de la presse régionaux organiseront, eux aussi, différentes manifestations.

D'ici là, on peut soutenir l'action des syndicats de journalistes :
- en signant leur pétition sur le site www.intersj.info ;
- en la faisant circuler sur la toile ;
- en enrichissant les débats sur leur blog : http://blog.intersj.info


Le SIPM-CNT soutient l'intersyndicale de journalistes "dans ses revendications et initiatives concernant l'indépendance de la presse, dont l'appel au rassemblement du 5 novembre, auquel il s'associe" (source categorynet.com), tout comme SUD et SUD Culture Solidaires.

Pour plus d'informations sur la la journée européenne de la liberté de la presse, rendez-vous sur le site de la fédération européenne des journalistes.


stand-up.jpg

Pour ceux qui souhaitent participer, voici quelques uns des rendez-vous d'ores et déjà fixés en province
:  (sous réserve de modification ou d'annulation - plus de renseignements sur http://blog.intersj.info)

- Saint-Nazaire - Rassemblement à la mémoire d’Albert Londres à 12h, au Vieux-môle (près de l’Écomusée), et sera conduit par Alain Girard, Premier secrétaire du Syndicat National des Journalistes (SNJ).

- Marseille : à 12h30 sur le Vieux Port, un rassemblement de journalistes, si possible équipés de leurs attirails professionnels : appareils photo, magnétos, blocs notes et autres caméras. Une minute de silence sera observée en hommage aux journalistes morts dans l'exercice de leur mission d'information et en mémoire des dangers qui pèsent sur cette mission d'information.

- Toulouse : à 17 h 30, en association avec l’Acrimed et Attac, une réunion à la Bourse du travail.

- Lyon : à 10 h 30, rassemblement à 10h30 au pied de la stèle commémorant le sabordage du Progrès en 1942.

- Annecy : à 16 h, à l’atrium de Bonlieu, appuyée par les Clubs de la presse, une délégation syndicale de journalistes présentera les propositions de la profession aux élus locaux et régionaux avant de discuter avec eux et les citoyens présents, autour d’un verre. avec eux sur les prolongements parlementaires de ses propositions.

- et aussi des débats dans les écoles de journalisme (renseignements et contacts sur place) :  ICM Grenoble, EJT Toulouse, IUT de Tours, IPJ Paris, etc.


EDITION 5/11/07 :  Vérification faite auprès de l'IUT de Tours, "rien n'est officiellement prévu pour la journée d'aujourd'hui. Il y avait bien quelque chose dans l'air, on en avait parlé, mais c'est tombé à l'eau !"

Publié dans Médias

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
N
pour éviter que le journalisme devienne l'instrument d'un Etat,  pour le respect des droits journalistiques...je dis merci à cette journée! espérons seulement que ce ne soit pas qu'un symbole!
Répondre
V
Merci por l'info ;-)
Répondre