5 minutes pour la planète, de retour le 23 octobre à 19h55

Publié le par Maude ML

Vous aviez peut-être, l'an dernier, éteint la lumière pendant 5 minutes pour sauver la planète. Mardi 23 octobre, à 19h55, l'Alliance pour la planète vous invite à renouveler l'opération pour observer 5 minutes de clair obscur écologique et de remplacer chez vous au moins une ampoule à incandescence par une ampoule à basse consommation.

kit-2-7.gif

Sur Grenellorama, le blog de l'Alliance, Daniel Richard, président du WWF France, explique que l'objectif de cette manifestation est d'envoyer un message fort, à la veille des négociations finales du Grenelle de l'environnement, qui devraient s'engager le 24 octobre.
"Selon le Réseau de transport d’électricité (RTE), cette opération avait impliqué 3 millions de ménages en France et avait été reprise dans plusieurs pays européens, puis développé depuis en Australie et aux États-Unis.
L’objectif de cette action n’est pas tant d’économiser de l’énergie pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, que de réfléchir à l’impact de nos comportements sur l’environnement. Il faut plus que 5 minutes d’extinction des lumières pour sauver notre planète. De plus, en changeant au moins une ampoule, l’Alliance rappelle que les économies d’énergie constituent la priorité numéro 1 pour lutter contre les changements climatiques.
Le 23, chaque lumière éteinte sera un brillant appel à des mesures de rupture pour faire sortir la France de l’ornière écologique. Par cette mobilisation, les Français peuvent aussi envoyer un message citoyen fort aux participants au Grenelle, et particulièrement au président de la République et au gouvernement : les solutions existent, elles passent par des ruptures sur le nucléaire, l’incinération, les autoroutes et les OGM.

Plus particulièrement concernant le dérèglement climatique, l’Alliance rappelle le défi majeur consistant à limiter le réchauffement global en deçà de 2 degrés d’ici à 2100, seuil entériné par la communauté scientifique et l’Union européenne et au-dessus duquel les conséquences deviendraient difficilement maîtrisables. Pour cela, il faut impérativement diminuer les émissions de gaz à effet de serre des pays industrialisés d’au moins 30 % d’ici à 2020 par rapport à 1990. C’est un défi que la France peut relever, d’autant que le « facteur 4 » d’ici à 2050 est inscrit dans la loi française depuis 2005 (loi POPE 13/07/2005)."

Ces indications sont pourtant à prendre avec des pincettes : le site spécialisé enerzine.com explique que le système électrique français est "dimensionné pour pouvoir s’adapter à des variations de consommation et de production liées à l’activité de la journée, à la température ou à des pannes d’un élément de production. Mais une variation très importante et très rapide de la consommation déséquilibre le système électrique et peut fragiliser la sécurité d’alimentation électrique de notre pays."
D'autre part, selon le Centre de Recherche et d'Information Indépendantes sur les Rayonnements ElectroMagnétiques (Criirem), les ampoules basse consommation génèreraient "de puissants champs électromagnétiques, susceptibles de gravement perturber les biens et les personnes". Le Criirem déconseille donc l'utilisation de ces ampoules en tant que lampes de chevet ou de bureau et demande aux fabricants de remédier à cette électropollution.
Alors devons-nous suivre ou non le mouvement des 5 minutes pour la planète ? A chacun de se faire son idée.

Publié dans Société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article